Moulage par injection de verre – Technoguide

Le verre est omniprésent, des produits de haute technologie dans les domaines de l’optique, des télécommunications, de la chimie et de la médecine aux objets du quotidien tels que les bouteilles et les fenêtres. Cependant, la mise en forme du verre repose principalement sur des procédés tels que la fusion, le broyage ou la gravure. Ces processus sont vieux de plusieurs décennies, exigeants sur le plan technologique, énergivores et très limités en termes de formes pouvant être réalisées. Pour la première fois, une équipe dirigée par le Prof.Dr Bastian E. Rapp du Laboratoire de Technologie des Procédés du Département d’Ingénierie des Microsystèmes de l’Université de Fribourg, en collaboration avec la start-up fribourgeoise Glassomer, a développé un procédé qui permet de former du verre facilement, rapidement et sous presque toutes les formes à l’aide du moulage par injection. Les chercheurs ont présenté leurs résultats dans la revue Science.

«Pendant des décennies, le verre a souvent été le deuxième choix en matière de matériaux dans les processus de fabrication car sa formation est trop compliquée, énergivore et inadaptée à la production de structures à haute résolution», explique Rapp. «Les polymères, en revanche, ont permis tout cela, mais leurs propriétés physiques, optiques, chimiques et thermiques sont inférieures à celles du verre. En conséquence, nous avons combiné le traitement des polymères et du verre. Notre procédé nous permettra de rapidement et de coûter – remplacer efficacement les produits fabriqués en série et les structures et composants polymères complexes par du verre. “

Le moulage par injection est le processus le plus important dans l’industrie des plastiques et permet la production rapide et rentable de composants à haut débit dans presque toutes les formes et tailles. Le verre transparent n’a pas pu être moulé dans ce processus jusqu’à présent. Grâce à la nouvelle technologie de moulage par injection Glassomer à partir d’un granulé spécial conçu en interne, il est désormais possible de mouler également du verre à haut débit à seulement 130 ° C. Les composants moulés par injection de l’imprimante 3D sont ensuite convertis en verre dans un processus de traitement thermique: le résultat est du verre de quartz pur. Ce processus nécessite moins d’énergie que la fusion du verre conventionnelle, ce qui se traduit par une efficacité énergétique. Les composants en verre formés ont une qualité de surface élevée, de sorte que des étapes de post-traitement telles que le polissage ne sont pas nécessaires.

Les nouvelles conceptions rendues possibles par la technologie de moulage par injection de verre de Glassomer ont un large éventail d’applications allant de la technologie des données, de l’optique et de la technologie solaire à ce que l’on appelle un laboratoire sur puce et la technologie médicale. «Nous voyons un grand potentiel, en particulier pour les petits composants en verre de haute technologie avec des géométries compliquées. Outre la transparence, le très faible coefficient de dilatation du verre de quartz rend également la technologie intéressante. Les capteurs et les optiques fonctionnent de manière fiable à n’importe quelle température si les composants clés sont en verre », explique le Dr Frederik Kotz, chef de groupe au Laboratoire de technologie des procédés et directeur scientifique (CSO) de Glassomer. “Nous avons également été en mesure de montrer que les revêtements de verre micro-optiques peuvent augmenter l’efficacité des cellules solaires. Cette technologie peut désormais être utilisée pour produire des revêtements de haute technologie rentables avec une stabilité thermique élevée. Il existe un certain nombre d’opportunités commerciales pour il.”

L’équipe autour de Frederik Kotz et Markus Mader, doctorant au Laboratoire de technologie des procédés, a résolu des problèmes précédemment existants dans le moulage par injection du verre tels que la porosité et l’abrasion des particules. En outre, les étapes clés du processus de la nouvelle méthode ont été conçues pour utiliser l’eau comme matériau de base, ce qui rend la technologie plus écologique et durable.

Bastian Rapp est directeur exécutif du Centre de recherche sur les matériaux de Fribourg FMF et membre du groupe d’excellence Systèmes de matériaux vivants, adaptatifs et autonomes en énergie (livMatS) de l’Université de Fribourg, qui développe de nouveaux systèmes de matériaux bio-inspirés. Rapp est également co-fondateur et directeur technique (CTO) de Glassomer GmbH, qui développe des technologies d’impression 3D haute résolution pour le verre. Ses recherches lui ont valu, entre autres, une bourse de consolidation du Conseil européen de la recherche (CER).

Vidéo: https://videoportal.uni-freiburg.de/video/Glass-like-plastic-processing-Bastian-Rapp/c438da06a7f18e914912eab03cd4bd56

Source de l’histoire:

Matériel fourni par l’Université de Fribourg. Remarque: le contenu peut être modifié pour le style et la longueur.

.

A propos Technoguide

Voir aussi

Dans le processus de graphène, la résistance est utile – Technoguide

Un laboratoire de l’Université Rice a adapté sa technique de graphène induit par laser pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Défiler vers le haut